Schizophrénie

Publié le par Francoise

 

S1390004 copie

 

 

 

 

Je me suis levée un matin


Mais jétais toujours dans mon lit

 


 

Alors jai versé des larmes


Pour en goûter le sel

 

 

 

 

 

Jai dansé avec mon ombre


Mais nous nétions pas en rythme


 

Alors je lai fixée


Pour nous remettre en phase

 

 

 

 

 

Jai fait lamour avec un homme


Mais je nétais pas dans ses yeux


 

Alors jai fermé les miens


Pour mieux sentir son corps


 

 

 

 

De dos, de face ou de profil


Jamais dun seul côté


 

Dedans, dehors ou en chemin


Toujours au même endroit


 

 

 

 

À trop vouloir ce que voit lautre


Rarement on trouve sa place

 

 

 

 

 

 

 

F.BONNEROT  Fin et Début

Publié dans Poèmes

Commenter cet article

RieSiKo 29/09/2012 09:31


À peine imaginable de scinder la page encore une fois:


À trop vouloir : Tout est à sa place!